[Chronique] Sweet de Emmy Laybourne

sweet

Publié aux éditions Hachette – 14 septembre – 360 pages

Merci à Netgalley France et Hachette pour cette lecture

resume

De nos jours, on parle moins de faim dans le monde que d’obésité. Voici enfin la solution à ce problème de société : un remède-miracle ! Solu, un amincissant qui vous fera voir la vie… en sucré ! Et pour promouvoir son lancement, une somptueuse croisière est organisée.
Trop malade pour se nourrir comme tous les passagers et tester le Solu, Lauren les voit maigrir à une vitesse folle. Très vite, le Solu se révèle posséder de puissants effets secondaires, transformant les consommateurs en drogués…

MONAVISV2Le résumé que je possédais et issu de Netgalley était bien trop révélateur de l’intégralité de l’intrigue. Par conséquent, je l’ai tronqué. Dans mon C’est lundi de la semaine je vous avais partagé la lettre du directeur du programme, pour mémoire, voici son « invitation ».

Une invitation alléchante

« Madame, Monsieur,
 
J’ai l’honneur de vous inviter à une extraordinaire croisière de luxe à bord de l’Extravagance !
Au programme : découverte en avant-première d’un produit miracle qui vous débarrassera de vos bourrelets disgracieux. Et sans efforts !
 
Vous rêvez de retrouver votre taille de guêpe ? Le Solu est fait pour vous.
Le Solu n’est pas un amincissant comme les autres.
Le Solu vous fera vraiment maigrir.
Vous ne pourrez plus vous passer de lui.
 
Je vous le garantis.
N’attendez plus : rejoignez-nous sur les rives de Fort Lauderdale, en Floride, pour un embarquement imminent !
 
Au plaisir de vous aider à mincir,
Timothy Almstead, président de Solu Corporation »

Une croisière minceur innovante et…surprenante

Vous l’aurez donc compris, le roman nous emmène en croisière à bord du plus luxueux des paquebots où les riches et les célébrités en vogue vont pouvoir découvrir en avant-première le tout nouveau produit miracle pour la perte de poids, version sucrée ! Lauren, notre héroïne, taille 46, mais bien dans sa peau accompagne sa fortunée amie Vivika qui elle, taille 46 également, ne supporte pas son poids. Lauren n’avait pas les moyens pour cette croisière, mais le père de Vivi ne saurait résister à sa descendance. Nos deux jeunes filles se voient déjà s’amuser à fond sur le bateau, profiter et maigrir. Car Vivi n’a que cette idée en tête : mincir, obtenir un corps de rêve, couler ! Le Solu est annoncé comme LE produit révolutionnaire, qui vous fera fondre comme neige au soleil tout en gardant les plaisirs nutritifs. Et surtout, sans effort ! Très simple il suffit d’en prendre une certaine dose par jour et la vie se veut délicieuse ! Tom, notre héros est un ancien gamin de série TV. Il cherche à émerger et sortir du rôle qui lui colle à la peau. Il est engagé sur la croisière pour couvrir médiatiquement l’évènement aux côtés des célébrités et stars de téléréalités les plus en vogue. Blasé de devoir s’acquitter de cela, il ne se glisse pas spécialement dans l’énergie positive ambiante des passagers, mais reste professionnel. Tom et Lauren se trouveront un point commun : ni l’un ni l’autre ne goûtera au Solu. Pourquoi ? Le mal de mer pour Lauren qui met du temps à s’apaiser, une hygiène de vie irréprochable pour Tom qui refuse d’y introduire le moindre changement. Très vite, nos deux jeunes qui se sont croisés accidentellement à plusieurs reprises sur le paquebot se rendent compte que quelque chose ne va pas et que le comportement des passagers devient agressif. Irrités dès qu’ils n’absorbent pas leurs doses, petit à petit ils vont se transformer en de véritables junkies prêts à tout pour le moindre gramme de Solu. Et tant pis pour les conséquences… Lauren et Tom n’ont plus qu’à trouver la solution pour éviter l’émeute et ses débordements.

Sweet incarne un roman addictif, peut-être autant que le produit dont il est question. Si nous sommes vite embarqués dans la croisière de rêve et ses intrigues people, nous gardons toujours à l’œil l’objectif principal de cette semaine miracle. En effet, il est promis à chaque passager une perte de poids conséquente. Ayant déboursé une belle somme pour naviguer sur le bateau, ou à défaut étant payé un sacré montant pour y parader, les voyageurs prennent très à cœur cette découverte et se réjouissent de tester en avant-première ce nouveau produit miracle. Rassurés par Almstead, homme d’affaires âgé et respecté ainsi que par sa scientifique de choc, chacun attend avec impatience les effets de la substance prodige sur son corps. Et ça fonctionne. À une allure fulgurante. Vertigineuse. Mais l’enfer ne va pas tarder à se déchainer.

Une écriture adaptée au genre et addictive

L’écriture se veut très addictive. Correspondant parfaitement à un roman young adult, le style permet de dévorer (sans calories) le livre à une vitesse folle. Le suspens et l’angoisse montent quand les évènements prennent la pire tournure qui soit. Nos deux personnages principaux nous entrainent dans leur histoire et le fait que les chapitres alternent les points de vue permet une parfaite immersion dans la croisière et son rythme ponctué par les doses de Solu. Argumentaire marketing en toc et publicités en or massif se côtoient pendant que les kilos fondent comme neige au soleil. Lauren, elle, ne souhaite pas particulièrement tester ce produit. Ayant souffert du mal de mer, elle ne se sent pas spécialement attirée par cette substance sur laquelle aucun retour n’existe. Grand bien lui fasse ! Indéniablement, sa copine se réjouit de sa perte de poids ! Tom, sportif et à l’hygiène de vie impeccable n’est, lui non plus, pas du tout tenté par le Solu. Très vite, il va croiser Lauren à plusieurs reprises et ressentir une attirance certaine pour la demoiselle. L’intrigue angoissante se mêle à une romance YA toute en douceur et qui ne saurait obtenir le rôle principal dans cette histoire.

Nous pouvons y observer une réelle critique de la société, surtout de consommation, mais en aucun cas du corps. L’auteure ne juge pas les « gros », mais évoque ici une problématique bien différente et dévastatrice : celle de l’addiction au sucre. Si elle souhaite à chacun d’accepter son corps et son apparence, elle met aussi en garde de l’effet ravageur des faux sucres contenus dans beaucoup de produits. L’intrigue prenant place avec des personnages américains, il est indéniable que la critique va aux grands noms du soda et aux mauvaises habitudes alimentaires données par les firmes multinationales, encourageant encore et toujours l’ingestion de sucres. Un cercle vicieux que dénonce ici l’auteure sans, encore une fois, incriminer l’individu. D’ailleurs elle-même nous racontera son parcours dans les remerciements. La critique se fait douce, mais en filigrane et les réflexions de Lauren et Tom sont tout à fait pertinentes. Si Lauren ne se revendique pas parfaite et se cache derrière un masque, elle n’en accepte pas moins pour autant que son corps ne sera jamais comme celui des stars en bikini autour de la piscine. Tom lui, n’a absolument pas de visions du gros. Pourtant, lui-même racontera son parcours. Mais Lauren est belle, généreuse et sensuelle. Il ne se pose pas la question de son poids, c’est invisible à ses yeux. Une jolie leçon d’amour et de regard, d’acceptation et de beauté. Les personnages sont suffisamment dessinés pour en comprendre les actions et décisions.

Un rythme qui s’installe progressivement pour ne plus s’arrêter

Le rythme haletant ne nous prend pas dès le départ. Un large temps, nécessaire, permet de bien installer le contexte, les personnages et l’intrigue. La croisière nous fait rêver et les pertes de poids nous éblouissent (une passagère se vante d’avoir perdu 2 kilos en une nuit juste après sa première prise de Solu). On en oublierait presque que le Solu ne semble pas si inoffensif que cela. Il nous suffit de regarder la couverture pour comprendre que l’ambiance du livre ne va pas rester au sucre et au songe exotique très longtemps. Toutefois, nous ne tombons pas non plus dans le gore. Certes, il y a des morts et du sang, mais, rassurez-vous, rien n’est décrit à la Stephen King. L’auteure nous épargne les détails, mais pas les bilans. Une fois que la tournure des évènements s’affiche clairement à l’orage, le lecteur ne reprendra pas vraiment son souffle. Allant d’un bout à l’autre du bateau, de rencontres en désagréments et de révélations en vérités absurdes, Tom et Lauren se verront particulièrement mis à rude épreuve. Mais ce roman nous livre une fondamentale notion de courage, d’ingéniosité, de sacrifice et d’amour. La fin, quelque peu ouverte, nous permet de redouter certaines choses et on se demande si l’auteur nous gratifiera d’une suite ou si cette conclusion laisse juste libre cours à notre imagination…

enbref

Une croisière de rêve, des personnages attachants et un produit miracle pour maigrir, que demander de mieux ? À moins que le Solu transforme nos starlettes et riches voyageurs en monstres junkies à la recherche d’une dose. Lauren et Tom devront s’armer de beaucoup de patience et de courage pour comprendre les enjeux et sauver ce qu’ils peuvent dans ce désastre au suspens montant. Addictif !

MANOTE18/20

4flamants

Publicités

33 réflexions sur “[Chronique] Sweet de Emmy Laybourne

  1. La couverture me plaisait bien et le résumé que j’avais lu sur ton CLQLV aussi, du coup j’attendais d’avoir ton avis complet pour être sûre, et c’est chose faite. Ce livre est donc maintenant dans ma wish-list, merci pour la découverte ; )

    J'aime

    • C’est exactement cela. Il y a ce reflet de la réalité toute puissante en fond de la fiction et ça donne au livre un goût plus amer que sucré. L’amertume du danger de tous ces fichus produits censés venir réparer le mal déjà fait par d’autres fichus produits ^^

      J'aime

  2. Je me sens un peu trop concernée par ce livre haha. J’ai commencé un traque du sucre ajouté parce que je ne supporte plus mon poids et ne prends plus que le sucre des fruits (jus 100% compris), ou naturels comme le miel ou l’érable. J’ai découvert qu’il y a du sucre dans tous les aliments, c’est assez affolant…. Mais il semble intéressant tout de même et tu m’as rassuré sur le fait que ce n’est pas anti-gros mais plutôt anti-conso 🙂

    J'aime

    • C’est tout à fait cela : l’auteure n’est pas anti-gros ! Mais plus anti-conso et en effet traque du mauvais sucres et ses excès.
      Y’a aussi une légère critique des gens qui veulent maigrir à fond tout en se gavant mais rien de bien poussé sur ce terrain là. C’est vraiment l’industrie qui est pointée du doigt 🙂

      J'aime

  3. Pingback: C’est lundi que lisez-vous ? #54 | BettieRose books

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s