[Chronique] The Graces de Laure Eve

thegracesPublié aux éditions Hachette – Black Moon – 14 septembre 2016 – 408 pages

Merci à Netgalley et Hachette pour cette lecture

resume

Comme tout le monde, River Page est fascinée par les Grace, frère et sœurs. Comme tout le monde, elle est persuadée qu’ils ont la magie dans le sang. Et, comme tout le monde, elle brûle d’envie de devenir leur amie.

Elle se rapproche de Summer, la benjamine, et tombe sous le charme du ravissant Fenrin, l’aîné. Mais, au grand désespoir de River, la magie ne résout pas tout les problèmes…

MONAVISV2

Les Grace incarnent la famille populaire, mais aussi la plus redoutée de la ville. Très unis, ils ne laissent personne se lier véritablement à eux. Personne ne les connait réellement et pourtant le monde s’en persuade : ils sont des sorciers. Admirés et craints. Séduisants et convoités. Mystérieux et terrifiants. Adulés et inaccessibles. Notre héroïne et narratrice, « River », est convaincue qu’ils attendent quelqu’un de spécial. Comme les autres, son obsession pour les frères et sœurs vit en elle en permanence. Leur glamour et leur sorcellerie demeurent un appel irrésistible. Elle décide donc de devenir cette personne spéciale, se composant un rôle sur mesure. Sont-ils réellement des sorciers ? La vérité s’incarne-t-elle dans ce qu’ils laissent paraître ? Faut-il les redouter ? La famille Grace a bien des secrets que River souhaite percer. Et plus que tout, elle veut comprendre leur magie.

Voici un livre qui m’a de suite intriguée. En tant qu’adepte de la wicca, tout roman parlant de sorcellerie m’attire. Ici, nous ne plongeons pas dans monde de magie fantastique avec baguettes et balais et encore moins dans un conte pour enfants, mais plus dans un univers magique païen ou wiccan, en connexion avec les éléments et la nature. Nous découvrons dans ce premier tome la fascinante famille Grace que tous redoutent autant qu’ils l’admirent. Les jumeaux Thalia et Fenrin, réputés pour leur charisme et leur beauté, étudient en dernière année au lycée. Quant à la populaire Summer, elle suit des cours avec notre narratrice. Les parents Grace, eux, demeurent discrets et à l’écart, dans une somptueuse maison dans les bois (je vous vois venir avec votre comparaison à Twilight, mais croyez-moi, elle en restera là). Notre héroïne, qui ne révèle ni son prénom ni sa réelle identité, nous confie en revanche très clairement qu’elle veut devenir leur amie, intégrer leur clan. De plus, elle ressent une très forte attirance pour Fenrin, ce surfeur énigmatique. De ce qu’elle nous laisse entendre, c’est en particulier à leur magie qu’elle s’intéresse. Œuvrant avec stratégie, elle va peu à peu s’approcher de son but. Elle, la nouvelle en ville (nous ignorons laquelle, nous apprenons juste que cela avoisine un océan), va parvenir à se lier d’amitié avec Summer et se voit prise sous les ailes des Grace. Mais elle semble avoir oublié que la magie ne saurait résoudre tous les problèmes…

Un choix narratif puissant et persuasif

Le gros point fort du roman réside probablement dans le choix narratif. C’est en effet River (comment se nomme-t-elle réellement?), qui nous raconte le déroulé des évènements. Rapidement, nous comprenons qu’elle s’enlise dans l’ambiguïté et ne peut faire preuve d’une véritable sincérité au sujet de ses intentions. Elle cache un secret au lecteur comme aux Grace. Elle induit avec malice et facilité le lecteur en erreur sur son compte ou celui des Grace. Nous pouvons alors la considérer comme une narratrice peu fiable même si c’est encore plus complexe qu’il n’y paraît. Elle nous explique ses stratégies et avancées et nous la suivons dans son intégration au cœur d’une famille atypique, mais unie. River semble chercher la magie dans la moindre action des Grace mais, très rusée, parviendra à feindre l’indifférence et l’amitié désintéressée pour gagner leur confiance. River incarne le personnage principal de cette histoire et bien entendu tout sera centré autour des Grace.

Les 3 adolescents Grace nous sont présentés du point de vue subjectif de River. Ainsi ils ne demeurent accessibles qu’au travers de son récit et, même si elle nous dit beaucoup de choses, ils nous restent quelque peu inconnus et superficiels, mystérieux. Sans doute est-ce d’ailleurs la volonté de notre narratrice que de garder main mise sur la personnalité des Grace et ne dévoiler que peu de choses fondamentales à leur sujet. Du reste, nous percevons aisément ses sentiments pour les uns ou pour les autres à sa façon de les aborder dans son histoire. Elle racontera l’une d’entre elles comme un personnage plat et sans intérêt alors que nous voyons bien qu’il suffirait de gratter pour dévoiler quelqu’un de très intéressant. Volontairement, elle cache des vérités au lecteur. Clairement, nous déduisons qu’elle ne souhaite pas partager son accès privilégié à ce cocon familial. Toutefois, les personnages formant le clan le plus populaire du coin nous fascinent. Difficile de résister au charme de Fenrin, impossible de ne pas admirer la sublime Thalia et compliqué de s’opposer à l’amitié surpuissante de Summer. Quant aux parents, il est évident qu’il nous reste encore beaucoup de choses à apprendre d’eux.

Un twist habile et efficace, une intrigue addictive

Le cœur de l’intrigue nous apparait donc comme assez « banal » dans un premier temps, avec cette jeune fille au passé flou (et qu’elle ne dévoile pas vraiment) qui veut intégrer une famille riche et s’abandonner à leur protection, devenir leur amie privilégiée. Même si elle nous livre des indices, il demeure très ardu de comprendre ses véritables intentions. Le thème de la magie s’avère évidemment central et la question qui nous préoccupe reste de savoir si oui ou non cela existe, mais surtout si oui ou non les Grace sont sorciers. Fondamentalement, nous ne pouvons que nous interroger sur le but de River : pourquoi cette magie l’intéresse-t-elle véritablement? Et c’est là que d’une intrigue presque classique le roman adopte une tournure… surprenante et fascinante.

En effet, soudain, un énorme retournement de situation, un twist brutal arrive et le lecteur prend une gifle magistrale. À partir de ce moment et jusqu’à la fin, les actions et rebondissements se placent hors contrôle et nous nous demandons pourquoi nous n’avons rien vu venir. Ce retournement du cours des choses est purement brillant et stupéfiant. River nous apparait sous un autre jour ainsi que tout notre récit. Rien que pour un tel bouleversement, le roman en vaut la peine et ne se fait que plus addictif. Impossible de poser le livre une fois la tornade de révélations arrivée. Et nous sentons que le prochain tome nous livrera bien des choses qu’il nous reste à apprendre.

L’écriture de Laure Eve, assez simple (et non simpliste), est fluide, agréable, convaincante et entrainante. S’il n’y a pas autant d’actions que cela, le livre n’en reste pas moins absolument addictif. Difficile de poser le roman en cours de lecture, il se dévore à une vitesse folle. D’ailleurs, la fin du tome nous invite à nous jeter sur la suite et promet de nouvelles situations et révélations fascinantes. Les Grace sont-ils des sorciers ? Lisez et vous saurez. Ou pas. Obtenons-nous des réponses ? Oui, mais pas forcément celles que nous attendions. N’oubliez pas, notre narratrice use et abuse de mensonges et stratégies, elle n’est pas fiable. Souvenez-vous aussi que le twist change toute la donne et que nous sommes amenés à reconsidérer le récit sous un jour nouveau. Gardez à l’esprit ce que River souhaite : s’intégrer au cœur d’une famille inaccessible. À quel prix ? Dans quel but ? Lisez, et peut-être comprendrez-vous.

Des avis opposés mais presque un coup de coeur

Enfin, j’ai pu voir des avis très opposés sur Goodreads au sujet de ce livre et je voulais y apporter ma propre lumière. Si pour moi ce livre flirte avec le coup de cœur, d’autres ont accusé le coup d’une amère déception après lecture. Il me semble évident que, comme pour chaque roman, une expérience de lecture reste toujours différente d’un lecteur à l’autre. Nous n’avons pas tous le même vécu, pas tout lu les mêmes histoires, pas tous les mêmes attentes. Les avis reprochent assez régulièrement un manque de profondeur au récit. Pour moi, cela s’explique par le flou volontaire que la narratrice jette sur cette histoire, cette sorte de voile qui ne donne accès qu’à ce qu’elle a choisi de nous livrer. Cette particularité incarne pour moi une force : nous ne connaissons pas vraiment son passé, ni la ville de l’action, ni même véritablement le pays, nous restons dans le brouillard et c’est pour mieux nous y capturer. De plus, il est aussi soulevé le manque de construction des personnages de la famille Grace. À cela je réponds que nous n’y avons accès que via River à nouveau, narratrice obsédée par cette famille et qui prend la main sur ce qu’elle va nous montrer, c’est-à-dire ce qu’elle souhaite. Nous ne saurions alors capturer l’essence même de chacun. Toutefois, certaines choses se dévoilent et s’affirment, ne doutons pas que les prochains tomes apportent des éléments substantiels. Quant à River, indéniablement, elle choisit de rester dans la brume, elle se met à distance et se protège, noyée dans ses mensonges et dissimulations, et avancera probablement à merveille ses pions pour la prochaine partie. River ne saurait être un personnage bon ou attachant. À la limite de l’anti-héroïne, elle reste peu fiable et ne cherche pas notre approbation. Après tout, nous ne sommes pas les Grace…

enbref

Un premier tome à l’univers fascinant qui nous plonge dans le monde mystérieux des Grace. Un twist central bluffant et parfaitement orchestré, impossible de deviner quand il va survenir. Le choix narratif occupe ici une place déterminante et nous entraine dans l’obsession d’une jeune femme pour une famille étrange et soudée. Avec un monde aussi vaste et autant de questions, nous ne pouvons qu’attendre le second tome avec la plus grande impatience.

MANOTE19/20

5flamants

Ps : mention spéciale pour la couverture française. J’ai bien envie de m’offrir la version papier.

Pour le plaisir des yeux petit aperçu des couvertures à travers le monde

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Publicités

30 réflexions sur “[Chronique] The Graces de Laure Eve

  1. Ta chronique est juste géniale, j’espère aussi qu’un jour j’arriverai à écrire avec une telle fluidité. The Graces fait parti des bouquins qui me tente franchement en Septembre et tout ce mystère donne vraiment envie. Je n’ai pas lu ton avis en entier parce que je voulais garder le mystère mais ta note renforce mon envie de l’acheter ! Bref, merci pour cette chronique :3 !

    J'aime

    • Ton compliment me touche énormément. En tout honnêteté je pense beaucoup de temps sur chaque chronique pour tenter d’exprimer avec justesse ce que le livre m’a fait ressentir.
      The Graces est un livre vraiment à découvrir ! Je vais aussi l’acheter en version papier, il est juste trop beau.

      J'aime

  2. A chaque fois tu me donnes envie d’avoir le livre dont tu parles, va falloir que tu cesses à un moment ^^’ Non, sans rire, j’adore ce que tu nous racontes de l’ouvrage, le clin d’oeil Twilight m’a bien fait rire, j’ai vraiment envie de le lire, merci pour ma PAL 😛

    J'aime

  3. Pingback: C’est lundi que lisez-vous ? #54 | BettieRose books

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s