[Chronique] Harper & Hicks – Tome 1 L’ombre de Gilgamesh par Cyriane Delanghe

couv72684055

Publié aux Editons Voy'[el] – 2016 – 244 pages

Lu en partenariat avec Livraddcit et la maison d’éditions, MERCI.

resumeDavid Harper, lieutenant à la brigade criminelle de la police de Pennsylvanie, poursuit sans relâche les malfaiteurs et les meurtriers. Il adore son job. Pour lui, les règles sont les règles et jeter les assassins en prison obéit à son sens de la justice.
Quand un tueur mystérieux sème la terreur à Philadelphie en reproduisant sur ses victimes d’antiques rites funéraires, il n’a d’autre choix que de se tourner vers la victime survivante d’une agression identique.
Depuis trois ans, Morgan Hicks est interné en hôpital psychiatrique pour avoir voulu agresser l’un de ses étudiants qu’il soupçonne d’avoir momifié sa petite amie. Pour les besoins de son enquête, Harper obtient de ses supérieurs qu’il soit provisoirement relâché.
S’engageant dans une véritable course contre la montre, les deux hommes se lancent à la poursuite du serial killer, lequel semble bien décidé à semer la Mort sur la ville pour s’ouvrir ainsi les portes de l’au-delà… à moins qu’il ne s’agisse d’assouvir une terrible vengeance.

MONAVISV2J’ai pu lire ce roman en partenariat avec Livraddict et ce fut pour moi l’occasion de découvrir une nouvelle maison d’édition. Je n’ai pas beaucoup d’expérience en matière de romance M/M (entre deux hommes), mais le peu que j’ai suffisait à me convaincre de renouveler l’expérience et c’est pour cela que j’avais choisi ce livre. De plus, si l’on ajoute à une sympathique histoire d’amour, un tueur en série et une enquête « course contre la montre », je me disais que ce roman était forcément pour moi. Malheureusement, je n’ai pas vraiment apprécié ma lecture et je suis ressortie très mitigée de tout cela.

David Harper est un lieutenant de police, plutôt acharné de boulot et solitaire. Quand nous faisons connaissance avec lui, il vient de faire un cauchemar et a du mal à gérer ses sens exacerbés. Nous comprenons rapidement que son travail représente à peu près toute sa vie et qu’il a un passé de soldat. Lorsqu’un redoutable assassin sème la terreur à Philadelphie, Harper se retrouve confronté à un dossier vieux de 3 ans et va devoir interroger le petit ami de la victime de ce cas, témoin et interné en hôpital psychiatrique depuis. Leur tueur en série semble reproduire des rites funéraires ancestraux. Quand Harper rencontre Hicks, il ne s’attend pas à ce genre de personnage et quelque chose de mystérieux l’attire. Il va alors obtenir de faire relâcher le jeune professeur, en assurer la protection et l’héberger pour que celui-ci l’aide dans ses recherches. D’autant plus que Hicks semble être la clé de l’affaire, mais aussi la seule personne capable de remonter la piste du meurtrier. Au fur et à mesure de l’enquête, les deux hommes vont se mettre à éprouver des sentiments alors inédits pour eux et être attirés l’un par l’autre.

Le postulat de départ a de quoi séduire. On s’attend à une enquête corsée, passionnante, se déroulant à un rythme effréné et l’on se demande même comment l’auteure va réussir à y inclure la romance. Il s’avère, que dans ce roman, les fils sont gros, trop gros malheureusement et les énigmes résolues bien trop facilement. L’intrigue, que l’on pense complexe, est assez creuse, plate et on s’ennuie, car nous n’avons jamais à réfléchir, tout nous est mâché par le super professeur. Le méchant de l’histoire est plutôt pathétique, mais on ne va pas lui enlever son obsession et sa cruauté envers les victimes. Très peu de compassion sera d’ailleurs accordée aux victimes, elles n’intéressent pas vraiment les enquêteurs de toute façon. Démêlant les indices d’une manière plutôt mystérieuse, Hicks se révèle être d’une aide très précieuse pour Harper. Mais les sentiments qui naissent entre eux sont TRÈS peu exploités et on se demande vraiment à quel moment cela va démarrer.

Et là, nous tombons dans la banalisation d’un fait pourtant grave (et je ne suis pas prude du tout), dont tout le monde « rigole », dont personne ne s’offusque, à commencer par les concernés. J’avoue que j’ai été très déroutée par ce passage que j’ai trouvé « too much » voir inutilement « violent psychologiquement » et trop peu naturel pour déclencher une histoire d’amour. Je n’ai pas vraiment les mots, mais cette scène est pour moi affligeante. Peut-être que ça plaira à certains, en tout cas moi, je n’adhère pas du tout. De plus, le reste de la romance manque cruellement d’émotions, de sentiments, de passion. Alors, oui, les deux hommes se posent quelques petites questions, mais pas plus que cela.

L’histoire est peut-être sauvée par un style facile à lire et par les traits d’humour dont savent faire preuve les personnages. En revanche, ne comptez pas vraiment sur eux pour vous faire partager leurs émotions, leurs terreurs alors qu’ils ont vécu des choses très graves. De même, la sortie de l’hôpital psychiatrique, la mère qui fait pression, les médecins clichés, etc., tout ça forme un ensemble bien trop invraisemblable et finalement on perd le fil d’une histoire qui aurait pu, pourtant, être très bonne. Clairement, tout est trop effleuré et manque cruellement d’approfondissement. On ne sent jamais l’investissement des deux hommes dans leurs émotions, leurs sensations ou même leurs peurs. Tout est « facile ». Certaines scènes et interrogations ne semblent rien nous apporter de plus et nous cherchons alors plus d’intensité dans l’histoire. Quant aux personnages secondaires, et bien, ils le resteront clairement et nous n’en saurons pas plus sur eux. Enfin, l’acte final (et je ne parle pas de l’épilogue) est bien trop vite expédié, bien trop « facile » à son tour. Dommage, car même si l’on en apprend très peu sur eux, Harper et Hicks ont un potentiel intéressant, ce sont des hommes attachants et très intelligents qui ne veulent pas laisser leur passé traumatisant prendre le dessus. Toutefois, n’oublions pas que les blessures font partie de nous et ces deux-là semblent vraiment bien s’en sortir.

Une enquête trop peu approfondie, une romance qui démarre par la banalisation d’un acte violent et qui ne nous emporte dans aucun sentiment, voilà le principal problème de ce livre. Toutefois, notons que le choix narratif n’est pas inintéressant, puisque le roman est partagé à moitié, répartissant ainsi la narration entre Harper, puis Hicks. Si le tout ne manquait pas cruellement de profondeur, nous aurions pu être immergés dans une enquête sordide contrebalancée par la naissance de sentiments nouveaux et puissants. Malheureusement, rien de cela ne s’est produit pour ma part. À noter que quelques coquilles dans l’ouvrage n’arrangent pas la lecture. Un livre qui se lit vite, mais sera rapidement oublié dans mon cas.

Je termine quand même avec des points positifs, car clairement même si je n’ai pas spécialement aimé cette lecture je ne l’ai pas non plus détestée. L’auteure a un style fluide et enchaine très bien ses scènes. Même si ce n’est pas aussi haletant que ce à quoi je m’attendais, elle parvient à garder un rythme constant. On pourra également saluer l’idée de certains rebondissements qu’on ne voit pas venir (bien que ceux-ci surgissent de manière un peu trop « facile »). Je pense donner malgré tout une chance au second tome, car je reste persuadée que l’auteure a en mains des atouts indéniables pour faire d’Harper & Hicks un duo d’enquêteurs au top et un couple passionnant qui va devoir apprendre tout de la vie à deux hommes. Nous apprécierons aussi les capacités, presque fantastiques, développées par Harper qui complètent parfaitement l’intelligence supérieure de Hicks.. Le concept de l’enquête et surtout des meurtres est intéressant et s’il avait été plus élaboré, la mythologie plus fouillée, nous aurions eu entre les mains un très bon policier.enbref

Ce roman part d’une très bonne idée mais manque de profondeur et de sentiments. Le mélange entre enquête policière et romance M/M prend bien, mais souffre ici aussi de trop peu d’émotions. L’ensemble nous apparait à peine effleuré et pourtant nous sentons que le potentiel est présent. Si l’enquête était plus fouillée, tout comme la romance, nous aurions vraiment eu un bon roman entre les mains. Malheureusement, pour moi, ce n’était pas suffisant.

MANOTE10/203flamants

 

6 réflexions sur “[Chronique] Harper & Hicks – Tome 1 L’ombre de Gilgamesh par Cyriane Delanghe

  1. Je ne suis pas une grosse fan de romances à la base, donc si ça ne met pas de papillons dans le ventre, et qu’en plus l’intrigue autour est moyenne, ce n’est clairement pas pour moi. Par contre, je suis super preneuse de titres (bons, évidemment) où il y aurait de l’histoire d’amour pas forcément hétéro / cliché.

    J'aime

  2. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous ? #45 | BettieRose books

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s