[Chronique] Memorex de Cindy Van Wilder

memorexbettie

Publication aux Éditions Gulf Stream – Collection Électrogène – 6 mai 2016 – 403 pages

resume2022. Cela fait un an que la vie de Réha a basculé. Un an que sa mère est morte dans un attentat contre sa fondation, Breathe, qui promeut un art contemporain et engagé. Un an que son père, un scientifique de génie, ne quitte plus Star Island, l’île familiale. Un an qu’Aïki, son frère jumeau, son complice de toujours, s’est muré dans une indifférence qui la fait souffrir. Le jour de ce sinistre anniversaire, la famille est réunie sur l’île : c’est le moment de lever les mystères, les tabous, les rancoeurs que Réha ressasse depuis un an. Au coeur de l’énigme : Memorex, la multinationale pharmaceutique de son père, ainsi que ses expérimentations sur la mémoire. Des expérimentations qui attisent les convoitises de personnages puissants et sans scrupules, prêts à tout pour accomplir leurs rêves les plus fous.

blablaTout d’abord avant de commencer cette chronique je voulais envoyer de gros bisous à Cindy, l’auteure de ce formidable roman. C’est aussi une femme géniale avec qui j’adore papoter sur Twitter et que j’espère bien rencontrer prochainement. Elle me doit un câlin, je lui dois un café. Pour toi Cindy :flamingos.heart

Quand Cindy a commencé à nous teaser avec Memorex, je savais que je voulais absolument lire ce livre. Il y avait quelque chose dans ses propos qui me fascinait. Ensuite elle a présenté la couverture, coup de foudre. Tellement original ce mélange de vert et de noir, cette tranche colorée. La collection Electrogène est vraiment qualitative. J’ai eu la chance de remporter un exemplaire lors d’un concours et c’est avec empressement que je me suis plongée dans l’histoire de Memorex. Je voulais ici, réitérer mes propos facebook avant de vous laisser avec ma chronique :

Chers flamants,
Je déclare officiellement ma flamme pour le talent, le génie, l’œuvre de Cindy Van Wilder – Auteur
Je viens de terminer Memorex et pour le moment je n’ai même pas les mots. C’est phénoménal. Oui.
Il sort bientôt, lisez-le, c’est une immense surprise.
Cindy a du talent, croyez-moi et j’espère bien qu’on va entendre parler d’elle très longtemps pour ses écrits ! Voilà.
Pour info, c’est publié chez les Nantais de Gulf Stream Éditeur ! Donc si comme moi vous êtes du coin, une raison de plus pour acheter ce fantastique roman.

Sachez, toutefois, que ma chronique n’est en rien influencée par l’affection que je porte personnellement à Cindy. C’est vraiment mon ressenti de lecture, et oui, c’est un immense coup de cœur. Pourtant, je ne m’y attendais pas. Certes, je faisais confiance à Cindy, je pensais passer un excellent moment mais je ne m’attendais pas à une telle claque. Un peu comme avec I.R.L. d’Agnès Marot.coupcoeur

MONAVISV2

 

L’intrigue prend place dans un futur proche, en 2022, entre les Etats Unis et une île paradisiaque. Le monde a connu des progrès assez intéressants, mais reste semblable au nôtre. Réha, notre héroïne a perdu sa mère dans un terrible attentat en 2021. Ce crime visait la fondation Breathe, que sa mère dirigeait et qui soutenait l’art contemporain et engagé, un endroit sublime qui laissait place à une grande liberté d’expression artistique. Depuis, la vie de Réha a basculé dans une langueur et son quotidien s’est assombri. Suite à cette catastrophe, son jumeau et elle ne communiquent plus. Aïki était son frère, mais aussi son meilleur ami, sa moitié et il ne semble plus capable d’exprimer le moindre sentiment à son égard, il est froid et passe son temps à l’éviter. Réha souffre énormément de cette situation, mais a au moins l’avantage d’être soutenue par sa meilleure amie, Ilse. À l’heure des vacances de Thanksgiving, toute la famille doit se rejoindre sur Star Island, île privée de la famille et lieu de travail de Kassa, père de Réha et Aïki, éminent chercheur à la tête du programme Memorex. C’est aussi l’anniversaire du jour tragique qui a changé leur vie à jamais, celui de la mort de leur mère. C’est le coeur lourd que Réha rejoint le convoi en direction de l’île avec son frère et la petite amie (Holly) de ce dernier que Réha trouve insupportable. À leur arrivée sur l’île très particulière qu’est Star Island, une certaine tension se fait ressentir…mais ce n’est que le début.

Très vite le roman va nous entraîner sur une intrigue complexe et extrêmement bien pensée, qui semble graviter autour de Memorex, la multinationale de Kassa, qui comme son nom peut le laisser présager travaille sur la mémoire. Ici, le sujet est parfaitement exploité et devient vite passionnant. Nous comprenons qu’un très grand nombre de mystères entourent Memorex et commençons très vite à nous interroger sur les réelles circonstances de l’attentat de 2021. Sans trop en dévoiler (mon Dieu que c’est dur de parler de ce roman sans spoiler tant il y a de choses d’exploitées), l’île va rapidement se transformer en un huis clos angoissant, oppressant où les masques vont devoir tomber et la réalité, aussi sordide soit-elle se dévoiler. Réha est une jeune fille qui saura faire preuve de beaucoup de sang-froid et aussi de tempérament pour comprendre enfin ce qu’on lui cache. Surprenant des conversations suspectes elle va devenir méfiante et se mettre en tête de comprendre ce que fait réellement son père et ce qui s’est joué après l’attentat. En effet, rescapée miraculeuse de l’horreur de 2021, Réha peine à se souvenir de certains éléments. Pourquoi ?

Nous comprendrons rapidement que Memorex, au-delà d’être un roman original porté par une fabuleuse plume est un réel thriller et que l’enquête s’avère bien plus complexe que l’on aurait pu s’y attendre. L’auteure a su travailler avec la psychologie des personnages, les poussant dans des retranchements, des interrogations, de l’introspection, des remises en question et surtout en les confrontant à l’enfer. Chaque personnage a son importance dans cette histoire et même si l’on ne sait pas vraiment à qui se fier, il nous faudra, au même rythme que Réha avancer. Le personnage de Réha est vraiment très intéressant. Bien sûr, elle souffre de la perte de sa maman et un an après la douleur est encore vive. Mais ce qui lui fait le plus de mal c’est la distance que son frère lui impose et le fait qu’il n’est plus le même. Elle saigne vraiment de cette séparation forcée et aura du mal à accepter Holly dans leur cocon familial sous tension. Pourtant, Holly est une jeune femme qui va beaucoup nous surprendre tout au long du roman. Partant du cliché « petite miss parfaite » comme dirait Réha, Cindy Van Wilder la fait évoluer en une jeune femme terriblement courageuse et qui sait dire les choses. Elle sera d’une très grande aide pour Réha et leur survie sur une île où le danger viendra roder plus que jamais. Magali, la tante de Réha et ennemie publique numéro 1 de la famille jouera également un rôle très important. Même si elle n’aura que peu d’occasions de faire face au lecteur, nous comprendrons tous les sentiments qu’elle a pu nourrir depuis le décès de sa soeur et ce qu’elle veut accomplir en revenant sur l’île. En ce qui concerne Aïki, il est difficile de vous en parler, c’est un personnage mystérieux mais fascinant, auquel on s’attache même s’il est distant. Enfin, Kassa et son mentor sont des personnages à la psychologie complexe, des scientifiques tourmentés par leurs propres découvertes.

Bien sûr, et là ça ne spoile rien, vous vous doutez bien que Memorex n’a rien d’un enfant de chœur et que leurs fondateurs se brûlent les ailes en voulant manipuler ce qui ne devrait pas l’être. De nature captivée par la mémoire et son fonctionnement, j’ai été subjuguée par la façon dont le sujet est traité ici. On ne nous assomme pas de détails scientifiques, mais on nous présente un homme passionné qui s’est battu pour sa vie et qui est poussé par son mentor, tout aussi animé par leurs découvertes. Mais parfois, les expériences dépassent leurs chercheurs et il est trop tard. Quant au pourquoi du comment de Breathe et de ce sordide attentat, cela constituera une autre part de l’intrigue et ici, c’est tout à fait bluffant, car on s’attend à tout, sauf à cela. Mais, Cindy n’a pas ménagé ses lecteurs. Alors que vous pensiez avoir tout compris, de nouvelles révélations, époustouflantes vous tombent sur le nez. Niveau narratif, là encore, le concept de l’auteure est habile. Si le récit nous est principalement proposé à la première personne (« Je » étant Réha), elle nous entraînera aussi dans la tête d’autres personnages, en particulier Kassa, le père de Réha et Aïki, ce qui sera particulièrement instructif. Je ne vous en dis pas plus pour le reste des techniques narratives, mais c’est tout à fait maitrisé, de même que les allers-retours 2021-2022.

Au final, c’est un récit bourré d’émotions, d’interrogations sur notre monde et de questionnement que nous livre l’auteure. Au-delà d’un thriller et d’un rythme parfaitement dosé, elle parvient à nous faire réfléchir sur l’humanité, la science et ses dérives. Nous nous attachons énormément aux personnages, nous sommes en totale empathie avec eux et ressentons leur souffrance. Fait très surprenant, les personnages que ne nous attendions pas forcément à apprécier deviennent tellement attachants qu’on ne peut que pleurer sur leur sort et la sinistre vérité à laquelle ils sont alors confrontés. Cindy Van Wilder saura nous briser le coeur et nous tirer quelques larmes, mais apportera une sublime conclusion à son roman. Star Island est peut être une île polynésienne qui fait rêver, mais méfiez-vous, elle n’est sans doute pas si abordable et sécurisante que cela…

Cindy Van Wilder a donc réussi avec brio à mêler drame familial, huis clos oppressant sur une île (presque) paradisiaque, science-fiction et au fond une touche d’anticipation. Amenant son lecteur à un réel questionnement sur le futur de l’humanité et la déontologie scientifique, mais aussi sur la notion d’identité et de mémoire en tant que propriété propre de chaque être vivant, elle parvient à marquer notre esprit. Alors que le lecteur ne sait absolument pas à quoi s’attendre en commençant ce roman, il sera vite totalement plongé dans l’intrigue et ne pourra pas reposer le livre avant d’en connaître le dénouement. Un roman Young Adult qui se démarque profondément des autres livres du genre par la complexité de son intrigue, l’identité de ses protagonistes et les pistes de réflexion qu’il nous laisse tout en nous bouleversant. Attachez, vos ceintures, mesdames et messieurs, et soyez prêts à décoller pour Star Island. Le retour indemne n’est pas garanti.

enbref

Ce thriller YA hautement addictif et parfaitement maîtrisé nous prouve tout le talent de Cindy Van Wilder pour concocter des histoires fabuleuses à l’intrigue totalement inattendue. Mêlant les genres avec brio, elle nous entraîne dans une incroyable introspection et une réflexion sur l’humanité ainsi que sur la déontologie scientifique. À l’aide de personnages passionnants, elle nous enferme sur une île pas si paradisiaque que cela, mais à aucun moment le lecteur ne sait à quoi s’attendre. Stupéfiant !

MANOTE

20/20

5flamantscoupcoeur

36 réflexions sur “[Chronique] Memorex de Cindy Van Wilder

  1. Comme toi j’adore Cindy, elle est juste tout bonnement adorable et bourré de gentillesse. Pour l’instant je n’ai lu que le premier tome des Outrepasseurs d’elle, que j’ai adoré ! Par contre je suis moins fan des thrillers, mais vu que c’est Cindy, je me laisserais surement tenter un jour ! 🙂

    J'aime

  2. Ah, voilà un avis que j’attendais avec impatience, surtout après avoir vu tes premières impressions sur ce roman ! Résultat, j’ai encore plus envie de le lire, surtout que le travail de cette maison d’édition m’intéresse vraiment et que je n’ai pas encore eu la possibilité de me procurer un de leurs romans 😀

    J'aime

  3. Pingback: [4 vendredis de Memorex] C’est la sortie !! | Cindy Van Wilder

    • Je sais que certains lecteurs ont reproché au premier tome des Outrepasseurs d’être trop « introductif », moi j’ai ADORÉ
      Mais ici, c’est vraiment très différent donc tu pourrais aimer 🙂

      J'aime

  4. Rah, ce roman me fait de l’œil depuis que Cindy à commencer à nous en dévoiler plus! Je n’ai pas encore lu les outrepasseurs, et bien que la série me tente énormément, je sais que je lirais Memorex bien vite! Ce livre m’intrigue tellement! Et ta chronique me donne encore plus envie de le lire. Et pour le côté matérialiste… Il est super beau en plus!

    J'aime

  5. Han oui Cindy est adorable et je vois bien qu’elle adore nous titiller sur twitter. J’espère que tu la rencontreras vite (pour le câlin et le plaisir), je la vois aux imaginales dans trois semaines pour ce roman entre autres et j’ai hâte, comme toi car c’est, en plus d’être une femme de coeur, une auteure de talent *-*

    J'aime

  6. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous ? #43 | BettieRose books

  7. Je n’en entends que du bien ! Je le lirais, ça c’est sûr, mais je ne sais pas quand ^^
    Je n’ai rien lu de l’auteur pour l’instant, mais j’ai le premier tome des Outrepasseurs dans la pile de livres empruntés à la médiathèque la semaine dernière ! Ça ne saurait tarder donc 🙂

    J'aime

  8. Pingback: Top Ten Tuesday : mes 10 meilleurs coups de coeur | BettieRose books

  9. Pingback: Prix littéraire des Chroniqueurs Web : la sélection des livres | BettieRose books

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s