[Chronique] Une braise sous la cendre de Sabaa Tahir

unebraisesouslacendre

Publié aux éditions PKJ – 2015 – 523 pages

resume« Je vais te dire ce que je dis à chaque esclave qui arrive à Blackcliff : la Résistance a tenté de pénétrer dans l’école un nombre incalculable de fois. Si tu travailles pour elle, si tu contactes ses membres, et même si tu y songes, je le saurai et je t’écraserai. »

Autrefois l’Empire était partagé entre les Érudits, cultivés, gardiens du savoir, et les Martiaux, armée redoutable, brutale, dévouée à l’empereur. Mais les soldats ont pris le dessus, et désormais quiconque est surpris en train de lire ou d’écrire s’expose aux pires châtiments. Dans ce monde sans merci, Laia, une esclave, et Elias, un soldat d’élite, vont tout tenter pour retrouver la liberté… et sauver ceux qu’ils aiment.MONAVISV2

Voilà un petit moment que ce livre traînait dans ma PAL et je l’ai sorti à l’occasion d’une lecture commune sur Livraddict. J’ai passé un excellent moment, j’ai adoré ce livre et désormais j’en attends la suite avec la plus grande impatience.

Avec ce livre nous allons vivre une histoire intense et complexe depuis le point de vue des deux personnages principaux. Tout d’abord Laia. Elle est une jeune fille de 17 ans, ordinaire, qui vit chez ses grands-parents depuis la mort de ses parents. Elle est très proche de Darin, son frère. Mais un soir, un Mask, soldat le plus impitoyable de l’Empire débarque chez elle, dans un quartier pauvre des Érudits à la recherche de son frère. Sous ses yeux, ses grands-parents sont assassinés, son frère fait prisonnier…Elle doit fuir si elle veut survivre et surtout avoir une chance de libérer son frère. Elle part alors à la recherche de la Résistance en espérant qu’ils pourront l’aider à sauver Darin des griffes impitoyables de l’Empire. Et puis nous avons Elias qui est élève à Blackcliff, très proche d’être nommé officiellement Mask mais qui incarne tout ce qu’il déteste…il n’a qu’une envie, fuir et il s’y prépare depuis un moment. Il veut retrouver sa liberté et ne plus avoir de sang sur les mains.

L’Empire, univers crée par Sabaa Tahir est d’une rare complexité. Ce monde fut auparavant divisé entre les Martiaux et les Érudits mais ces derniers ont pris le pouvoir de manière tyrannique et sanglante et depuis ce jour, les Érudits sont privés de savoir, n’ayant le droit ni de lire ou écrire. Ils n’ont aucune liberté et l’Empire peut les décimer comme bon lui semble sans états d’âmes. Les écoliers de Blackcliff sont des futurs tueurs (soldats), choisis par des Augures et n’ont pas le choix : devenir soldat ou mourir. Aucune faut n’est permise, la Commandante est impitoyable et violente. Ce monde, passionnant, nous entraîne dans quelque chose d’unique, d’innovant, avec un savant mélange de mythologie, légendes, fantasy et un soupçon d’Orient. Nous sommes en immersion totale au sein même de la terrifiante Blackcliff puisque c’est ici que l’auteure a choisi de placer la majeure partie de l’intrigue.

Dotée d’une plume ensorcelante elle nous enferme totalement entre les murs froids et cruels de Blackcliff. Laia devenue esclave de la Commandante va devoir se montrer très courageuse et encaisser les coups et autres tortures infligées à la moindre occasion par sa maîtresse dépourvue de tout coeur et même d’âme. Bien que Laia soit une jeune fille au départ assez fragile, elle va vraiment tout faire pour tenir en ayant qu’une idée en tête : sauver son frère. Elle se remet beaucoup en cause, se pose des tas de questions et fait tout pour agir selon son instinct tout en se conformant aux valeurs qu’on lui a enseigné. Elle est déterminée et prête à donner sa vie pour sauver celle de Darin. Elle est très loin d’imaginer tout ce qu’elle va devoir vivre pour parvenir à ses fins. Elias est un personnage auquel on s’attache immédiatement. Nous palpons toute sa souffrance, son désaccord avec la tyrannie de l’Empire et ce qu’ils font subir au peuple. Les guerres, les morts, le sang, tout cela hante Elias qui n’a qu’une envie : s’enfuir. Malheureusement son plan est mis à mal par un évènement inattendu et le jeune homme va devoir alors faire preuve d’une bravoure incroyable. C’est un personnage masculin fantastique. Sans cesse tiraillé entre son enseignement, les instincts qu’il a acquis au cours de cette longue et barbare formation et ses moeurs, ses pensées à lui, il ne veut pas être Mask, il veut être libre. Mais à quel prix peut-il acquérir la liberté ? Quand il rencontre Laia, quelque chose change encore plus en lui…C’est un personnage, qui contrairement à ses enseignements et à ce qu’il devrait être, est doté d’une sensibilité et d’une certaine fragilité.

Les personnages sont très complexes et ils ne cessent de nous surprendre. Aucun de leur comportement n’est attendu. On ne sait jamais comment ils vont réagir, ils sont presque difficiles à cerner. Tout se déroule sous nos yeux sans que nous puissions anticiper. Même les personnages secondaires sont d’une rare profondeur, que ce soit à Blackcliff ou au coeur de la Résistance. Nous vivons véritablement à leurs côtés et nous comprenons rapidement le poids de la tyrannie de l’Empire sur ce monde si particulier. Le style d’écriture est magnifique, soigné, une plume si belle qu’elle vous happe en un rien de temps et qu’elle rend cette histoire addictive sans jamais tomber dans la superficialité ou le léger, sans nous assommer de romance ou de descriptions de « beaux gosses ». Tout sonne juste, vrai, cruel, sanguinaire. Rien n’est épargné au lecteur de ce monde sans âme. Elias porte un poids énorme sur ses épaules, tout comme Laia, et suivre ces deux personnages n’est que du bonheur. C’est une quête de liberté dans une histoire sombre, la recherche de son âme au coeur des ténèbres. Nos personnages, qu’ils soient principaux ou secondaires seront confrontés à de très lourds choix et des sacrifices pour atteindre leurs objectifs. Chaque choix compte et peut impacter l’avenir du peuple. Le roman est alors rempli d’actions déterminantes pour la liberté et l’avenir entier de l’Empire. Chaque action découle d’une précédente et nous coupe le souffle.

Là où Sabaa Tahir brille également c’est dans le maelstrom d’émotions que son histoire nous procure. C’est tellement intense, bouleversant, touchant. Rare de ressentir tant de choses dans un seul et même roman. Et agréable aussi que les notions de « romance » restent légères, à l’écart, comme par pudeur. Certes il y a des sentiments amoureux naissants mais c’est effleuré avec délicatesse pour ne pas transformer l’intensité du récit en quelque chose de mielleux. Ici, même l’amour est complexe, un peu triangulaire mais sans trop l’être. Les sentiments ne sont pas non plus que ceux entre deux amants et prennent alors toute leur force quand il s’agit de ceux entre un grand père et son petit fils, entre une mère et son fils, entre deux frères, entre deux meilleurs amis, entre une soeur et son frère, entre une fille et ses défunts parents… Il y a de l’amitié, de la complicité, mais aussi malheureusement, du mensonge, de la trahison, de la manipulation, de la haine, de la colère. Tout cela forme un tsunami venant littéralement submerger le lecteur qui finit ce livre sur la corde raide et se dit qu’une telle fin, non c’est pas possible, il nous faut la suite…Ce livre nous présente tellement d’actions et d’émotions qu’il est difficile de retomber sur Terre et de le refermer. Brillant. enbref

Un roman époustouflant à l’écriture exceptionnelle qui ne ménage pas le lecteur et l’entraîne dans un rythme effréné au coeur de la ténébreuse école Blackcliff, celle destinée à former les plus tyranniques des soldats. Des personnages très travaillés, attachants et déterminés qui devront faire des choix décisifs au nom de leur liberté et pour sauver ceux qu’ils aiment. Un premier tome totalement addictif.

MANOTE

18/20

 

 

 

27 réflexions sur “[Chronique] Une braise sous la cendre de Sabaa Tahir

  1. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous ? #36 | BettieRose books

  2. Qu’est-ce que tu écris bien !! Je ne lis plus tes avis avant de faire les miens parce que j’ai toujours l’impression d’être à coté de la plaque lol. Quoiqu’il en soit, cette magnifique chronique explique parfaitement ce que j’ai ressenti à la lecture de ce roman ! Des bisous Bettie !

    J'aime

  3. Pingback: [Chronique] Rebelle du désert de Alwyn Hamilton | BettieRose books

  4. Pingback: Top Ten Tuesday : je suis dans ma dystopie, tu es dans ta jalousie… (viens, il y a aussi les mondes post-apocalytiques!) | BettieRose books

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.