[Chronique] Lettre à Hervé de Eric Sagan

lettreaherveAuto-édité – Février 2016 – 100 pages

Reçu dans le cadre d’une opération Masse Critique Babelio

Merci à Babelio et à Eric Sagan pour le petit mot accompagnant le livre

 

resumeIl y a 24 ans, tout a commencé par un cahier qu’Hervé n’aurait jamais du voir. Puis, il y a eu cette lettre. 24 ans après l’avoir écrite, 24 ans après avoir osé la donner à son destinataire, voici que la vie la renvoie à l’expéditeur, brute, touchante et drôle.

Pour parler de ce livre, il faut raconter l’histoire du livre lui-même.
Il était une fois un garçon d’une vingtaine d’années. Qui tombe amoureux d’un mec. D’un mec hétéro. Rien de très original.
Mais ce garçon se met en tête d’écrire une lettre. Dans cette lettre, il va raconter sa vie, son enfance, ses peurs, ses péripéties d’enfant normal, ou presque, péripéties touchantes, souvent drôles, parfois choquantes, toujours humaines.

Cette lettre il la donne à Hervé. Et il la donnera également plus tard à ses parents, en se rendant compte qu’il n’avait jamais rien écrit de mieux pour expliquer qu’il était différent. Des années passent. Il reçoit alors l’appel d’un inconnu : le psychologue de son père. Il apprend que son père s’était lui aussi servi de cette fameuse lettre, pour parler de son fils sur le divan. Pourquoi ce psy avait-il appelé ? Pour demander l’autorisation de faire lire cette lettre à un autre patient, dont le fils était gay, lui aussi. Pour l’aider à accepter son fils.

Cette histoire, vraie, et d’autres événements de la vie, allaient finir par convaincre l’auteur de publier cette lettre, sous forme de fiction, en préservant l’authenticité de l’original.
Voici donc « Lettre à Hervé ».

MONAVISV2

Lorsque Babelio a proposé ce livre en Masse Critique j’ai de suite accepté. Le sujet me touche. Parce que j’ai grandi dans une famille où l’homosexualité concerne plusieurs membres, parce que j’ai toujours eu des amis homosexuels et que j’ai toujours trouvé le monde dur envers ce qui n’a rien d’un choix, mais qui n’est autre que de l’amour. Je déteste le fait de devoir définir sa sexualité et s’en justifier. Bien sûr ceci n’engage que moi. Mais les étiquettes ne servent qu’à nous cantonner dans un « format » acceptable ou non aux yeux de certains. La sexualité, l’amour, les sentiments ce sont des choses qui ne peuvent être définies. Pas dans un pays où cette définition sert alors à juger les gens, à les placer dans une catégorie à consonance négative. C’est pour cela que j’ai voulu lire le récit d’Eric, comprendre ce qui lui avait vécu, comment il vit les choses. Et bien c’est très simple, Eric, il vit, il aime, point. Pas besoin de chercher plus loin.

Ce livre est donc assez court et il s’agit d’une lettre que l’auteur a écrit à Hervé après qu’il ait vu un mystérieux cahier qu’il n’aurait jamais du voir. Cette lettre est destiné à l’homme dont l’auteur tombe amoureux, c’est une histoire de vie, d’un parcours, d’une enfance, d’une adolescence. Très loin de ce qu’on pourrait imaginer, l’auteur ne tombe jamais dans le pathos ni dans l’analyse et encore moins dans le cliché. Il ne se définit pas et ne cherche pas à se coller une étiquette. Il aime et rien d’autre en compte. Il vit et rien d’autre ne compte. L’homosexualité est abordé avec subtilité, par touches juste nécessaires.

C’est un récit donc intimiste mais pas pour autant voyeuriste. En fait, nous avons l’impression de lire la lettre d’un ami qui aurait eu envie de se dévoiler, de nous raconter les bons moments, les mauvais sans rien enjoliver, sans rien cacher. Il nous conte son enfance, son adolescence, ses anecdotes, ses premières fois, nous avons face à nous des instantanés de vie, des clichés de moments marquants pour lui qui nous permettent d’apprendre à le connaître et de mieux le cerner. Au fond c’est l’histoire d’un enfant qui grandit et dont la personnalité se forge avec le temps, les rencontres, les expériences et le cours de la vie. L’auteur se dévoile donc à Hervé et il veut être compris. Il ne se justifie pas et ne s’excuse pas d’être ce qu’il est, il existe, il est comme ça tout simplement. A aucun moment il ne s’attarde véritablement sur l’homosexualité, il ne l’explique pas (et il a raison, il n’y a rien à expliquer). Il ne parle pas de la découverte de cette homosexualité mais de la découverte des sentiments pour un garçon. Il ne parle pas de coming out mais des choses qui se font naturellement, des sentiments ressentis.

Cette lettre est un hommage à l’amour, à la vie, une lettre écrite à celui qu’il aime sans jouer de rôle attendu. Un jeune homme qui assume pleinement sa personnalité et qui nous parle de ce qui l’a construit. Cette lettre est simple dans le style et sonne donc vraie. Elle est touchante et il est difficile de la reposer avant de l’avoir achevée. On se sent concernés un peu comme si elle nous était adressée au fond. Comme si Eric était notre ami et qu’il nous parlait de lui, de son vécu. Il n’enjolive pas, il ne fantasme pas, il se raconte à Hervé avec le bon comme le mauvais. La toute dernière page est inattendue (en même temps l’amour n’est jamais sans surprises n’est ce pas ?) et cette lettre toute en simplicité est bourrée d’émotions. Une lettre de vie et d’amour.

enbref

Une lettre à un homme écrite par un autre homme pour se dévoiler, être compris. Une lettre de vie, d’amour et pleine d’émotion derrière un style simple et efficace. Touchant et captivant. A découvrir.

MANOTE

16/20

19 réflexions sur “[Chronique] Lettre à Hervé de Eric Sagan

  1. Aujourd’hui, j’ai noté beaucoup trop de livres ^^ Mais celui-là m’attire particulièrement ! Je ne lis pas de M/M ou assimilé mais une lettre intimiste et un livre tourné de cette manière, ça ne peut que me plaire !

    J'aime

  2. Pour le coup, ce livre-là donne vraiment envie (En tout cas, ta façon d’en parler) !
    Le sujet a l’air d’être traité de façon intéressante, et ça m’intrigue. Il faudra que je me renseigne sur où et comment on peut se le procurer.

    J'aime

  3. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous ? #34 | BettieRose books

  4. Oh la la, on n’a du tout eu le même ressenti ! Tout comme toi j’ai sauté dessus lorsque j’ai lu le résumé mais quelle déception à la lecture 😦 Si le but de l’auteur est de montrer qu’on ne choisit pas d’être gay, il ne m’apprend rien.
    Pour moi il ne s’agit pas d’une déclaration d’amour. Hervé n’est même jamais mentionné puisque l’auteur reprend des souvenirs dans lesquels ils ne se sont pas encore rencontrés. La lettre s’arrête trop tôt, en fait. Je n’ai vraiment pas accroché à cette histoire et j’en ai été la première déçue 😦

    Tomie.

    J'aime

    • Ah oui en effet…
      Moi je trouve que c’est une preuve d’amour que de publier cette lettre quand on « connait » l’issue.
      Mais je comprends ce que tu veux dire. Il peut laisser cette impression de « s’arrête trop tôt ». Il aurait peut être fallu y ajouter quelques notes…mais j’ai bien aimé la sensibilité qui en ressort.

      J'aime

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s