[Chronique] Des millions de larmes et de rires de Karma Brown

millionsderires

Publié aux éditions Mosaïc – 2015 – 368 pages

Lu grâce à Netgalley et aux éditions Mosaîc, un grand merci à eux

resumeOn peut renaître après avoir tout perdu.
Une femme vient de perdre son enfant à naître. Pour l’aider à émerger de la profonde mélancolie dans laquelle elle demeure plongée, son mari la persuade de laisser le fardeau de son épreuve derrière elle et de partir avec lui redécouvrir les lieux magiques, sensuels et lumineux où ils ont été heureux ensemble, la Thaïlande, l’Italie et Hawaii… Trois escales d’un voyage qui est aussi, surtout, cheminement intérieur pour renouer pas à pas avec le plaisir, la joie, l’amour.
Dans un style moderne et touchant, Karma Brown revisite le roman féminin et rappelle que la vie, tissée de toutes nos larmes et de tous nos rires, vaut la peine qu’on la réinvente. Elle donne aussi à découvrir un roman émouvant à savourer, auquel son dénouement imprévisible, inattendu, ajoute comme une surprenante pincée d’épices.MONAVISV2

« On peut renaître après avoir tout perdu ». Voilà ce que l’on peut lire sur la couverture et sur la page introductive du roman. Des millions de larmes mais des millions de rires. Tout un programme émotionnel. Alors que je pensais passer un moment détente avec un roman sympathique, ce dernier m’a littéralement emportée, subjuguée, et oui je suis passée du rire aux larmes et vice versa au rythme des découvertes, des histoires que nous raconte l’auteure. Une plume remplie de sensibilité et de beauté, une vraie surprise pour moi que ce livre…

« La mort laisse un chagrin que nul ne peut guérir ; l’amour, un souvenir que nul ne peut ravir. »

Le personnage principal de ce livre voit sa vie prendre un nouveau tournant lorsqu’elle perd son enfant à naître et qu’elle découvre qu’elle ne pourra plus jamais être maman. En effet, enceinte de 6 mois, Tegan et son mari Gabe ont un accident de voiture sur la route qui les conduit au réveillon de Noël chez les parents de Gabe. Tegan perd son bébé, elle perd tout. Nous la retrouvons quelques temps plus tard, enfermée dans une profonde dépression. Son deuil, épouvantable souffrance la cloue au lit. Elle ne vit plus et n’a plus aucun goût à la vie. Et elle en veut terriblement à Gabe qui était au volant ce soir là. Poussée par l’impulsion de ce dernier Tegan décide de « se reprendre en main » et de se donner une chance de retrouver goût à la vie. Bien qu’elle ne croit pas en ce projet fou, elle tente le coup. Ensemble ils partent pour un voyage au travers de 3 destinations : la Thaïlande, l’Italie, Hawaï. Dans chacun des pays, une « mission » à accomplir. L’occasion pour le couple de faire le deuil, de se retrouver. L’occasion pour Tegan de réapprendre à aimer, à pardonner, à s’aimer, à accepter ce qu’elle a perdu et n’aura plus jamais, à avancer. Renaître. Nous parcourons le monde, le cœur serré pour Tegan, la voyant progresser ou parfois s’enfermer de nouveau. Un douloureux parcours à la quête d’une renaissance douloureuse.

Portée par une plume très douce, très tendre et d’une beauté lumineuse, c’est un réel plaisir de suivre Tegan et sa quête de bonheur. Auprès d’un mari aimant, exceptionnel, elle reprend goût à la vie. Ses rencontres l’aident à retrouver le sourire, l’espoir. Ses voyages l’aident à revoir la lumière qu’elle avait depuis si longtemps oublié. Nous voyageons en même temps qu’elle et l’auteure parvient à nous décrire les destinations avec suffisamment de détails pour nous y sentir immergés. Elle nous entraîne aussi dans le passé du couple, nous contant la belle histoire d’amour de Gabe et Tegan, les moments partagés, ceux de bonheur et d’amour complice. On a envie, comme Tegan et Gabe de partir sur la route pour guérir, avancer, cicatriser, accepter. Nous vivons donc toutes les étapes du deuil au cours de ce voyage initiatique. Ce périple où il est question de renaître et de s’épanouir à nouveau dans une autre vie, d’autres possibilités.

Nous passons réellement des rires aux larmes et inversement, vivant au rythme des émotions de Tegan, notre narratrice. Ses sentiments sont vifs, douloureux, extrêmes. Nous entrons dans sa dépression qui est décrite à merveille et sans clichés douteux. Le mal être dans son intégralité, la noirceur des pensées, l’envie de disparaître, de ne rien ressentir. Les larmes qui coulent et n’épanchent pas la douleur. Et puis le rire sous l’humour de Gabe, l’amour sous un nouveau jour, l’amitié, la solidarité, les découvertes, les merveilles du bout du monde et le rire encore et toujours plus au fil des jours. Nous aimons Tegan, nous avons envie de l’aider, nous ressentons une profonde empathie pour elle et puis parfois, elle devient agaçante, dure et on a envie de la secouer, qu’elle prenne conscience de ce qui l’entoure. Mais ce deuil si difficile prend du temps, Tegan ne sera jamais maman et doit construire sa vie, son avenir en fonction de cela.

L’auteure montre tout son talent dans ce voyage sublime, émouvant et qui réchauffe le cœur, alors que ce dernier est mis à rude épreuve. Elle nous délivre une vraie leçon de vie, un exemple de courage et de renaissance exceptionnel. Une force de vivre, d’aimer, d’avancer. De la lumière dans les ténèbres, des rires dans les larmes. Et puis, la fin. Le lecteur ne voit rien venir, c’est brillant, époustouflant, surprenant, rien ne présageait de cela et c’est probablement ce que l’auteur pouvait écrire de mieux en conclusion à ce roman.

enbrefUn roman sublime mêlant des émotions pures et belles, porté par une plume féminine, lumineuse et toute en délicatesse. Avec une héroïne qui a tout perdu, nous partons dans un périple initiatique à travers le monde dont le but est de renaître et de réapprendre à vivre. Un livre feel-good bien que mettant notre cœur à rude épreuve et qui nous contamine avec un optimisme rayonnant, nous faisant passer des larmes aux rires. Une fin surprenante et excellente.

MANOTE17/20

21 réflexions sur “[Chronique] Des millions de larmes et de rires de Karma Brown

  1. En lisant le résumé, je me suis dit que c’était pas pour moi.
    En lisant ta chronique, je me suis dit qu’en fait peut-être que ça pourrait me plaire.
    J’ai toujours un a priori sur ce genre de romans, c’est plus fort que moi.
    En tout cas, je pourrais être tenté de le lire juste pour savoir la fin, tu m’as intriguée aussi sur ça 🙂

    J'aime

    • De la positivité parce que ce livre en est rempli…Oui y’a des épreuves qui sont terribles mais l’auteure nous invite à retrouver une lumière, une raison d’aimer la vie, de la réinventer…(Bien pour Netgalley ^^)

      J'aime

  2. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous ? #29 | BettieRose books

  3. Pingback: Top Ten Tuesday : Vos 10 livres dont vous avez l’impression d’être le/la seul(e) à connaître ou à avoir lu | BettieRose books

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s