[Chronique] 22/11/63 de Stephen King

couv19868248

Paru aux Editions Le Livre de Poche – 2014 – 1044 pages

resume22 novembre 1963: 3 coups de feu à Dallas.
Le président Kennedy s’écroule et le monde bascule.
Et vous, que feriez-vous si vous pouviez changer le cours de l’Histoire?

2011. Jake Epping, jeune professeur au lycée de Lisbon Falls dans le Maine, se voit investi d’une étrange mission par son ami Al, patron du diner local, atteint d’un cancer. Une « fissure dans le temps » au fond de son restaurant permet de se transporter en 1958 et Al cherche depuis à trouver un moyen d’empêcher l’assassinat de Kennedy. Sur le point de mourir, il demande à Jake de reprendre le flambeau. Et Jake va se trouver plongé dans les années 60, celles d Elvis, de JFK, des grosses cylindrées, d’un solitaire un peu dérangé nommé Lee Harvey Oswald, et d’une jolie bibliothécaire qui va devenir l’amour de sa vie. Il va aussi découvrir qu’altérer l’Histoire peut avoir de lourdes conséquences…
Une formidable reconstitution des années 60, qui s’appuie sur un travail de documentation phénoménal. Comme toujours, mais sans doute ici plus que jamais, King embrasse la totalité de la culture populaire américaine.

MONAVISV2

Quel meilleur jour que le 22 novembre pour parler de ce livre. 22 novembre 1963 assassinat de JFK. L’Amérique pleure la perte de son président. Stephen King nous livre au cours de ses 1044 pages énormément d’infos sur cet événement, mais aussi une question : et si son héros pouvait empêcher cet assassinat ?

Nous retrouvons toute la magie de la plume de Stephen King. Incroyablement bien documenté c’est un ouvrage qui vous apprendra des tas de choses sur l’assassinat du président, ses théories et le contexte politique des U.S.A. des années 58 à 63. En donnant à son héros la possibilité de voyager dans le temps, King nous fait découvrir l’Amérique des sixties et tout son contexte socio-culturel, politique et quotidien. Notre héros Jake, réputé pour ne pas savoir montrer ses sentiments et ne pas savoir pleurer, va devoir s’adapter à un autre mode de vie qu’il trouve parfois plus simple, plus doux, plus beau, parfois plus compliqué, plus rude. Bien sûr, c’est du Stephen King et il est évident qu’au cours des 1000 pages vous n’échapperez pas à quelques longueurs et descriptions sans fin. Mais que ce livre est bon. Quelle plongée fantastique dans cette époque que j’aime tant…et déteste tant à la fois. C’est un avis objectif sur la vie sociale qui nous est livrée avec ses difficultés. Racisme, condition de la femme, tabagisme et alcoolisme excessif, sublimes voitures américaines, enseignement, courants de pensées, musique, dance, insouciance, renouveau…Tout y est et nous avons vraiment l’impression de traverser le temps avec Jake.

Jake est un homme pourtant ordinaire mais qui va vivre une formidable aventure et surtout il pourrait bien tenir entre ses mains le destin d’un pays tout entier, voir du monde s’il parvient à déjouer l’assassinat de JFK. Pendant 5 ans il va devoir vivre dans le passé et élaborer ses plans, trouver Lee Harvey Oswald et l’observer. Mais bien sûr notre héros va aussi croiser le destin d’autres personnes…comment ne pas vouloir aussi les aider ? Et s’il sauvait Harry, son élève du programme adulte dont la famille fut massacrée à présent qu’il connait son histoire et qu’il est revenu pile à la bonne époque ? A-t-il vraiment le droit de tomber amoureux ? Comment faire les choses sans altérer le cours du temps ?

Il faut savoir que peu importe le nombre d’années que passe Jake dans le passé, dans son présent, sa réalité à lui il ne se passera que deux minutes. Bien sûr, cela ne l’empêchera pas de vieillir. S’il part et reste 5 ans dans le passé, il a vieilli de 5 ans même s’il est parti de son présent que 2 minutes. Ainsi il est évident qu’il ne peut pas se permettre de faire et refaire ses actions pour les perfectionner et qu’il n’aura que « peu de chances » de parvenir à son but. Mais est-il vraiment pertinent de déjouer cet assassinat ? Pourquoi son ami y tient tant ? Qu’est ce que cela va changer pour le Monde entier ? Jake ne cessera de se remettre en question et apprendra beaucoup des années 50/60 et de ses rencontres. Il s’attachera à des gens formidables, tombera amoureux. Mais il n’appartient pas à cette époque. Le récit à la première personne nous permet vraiment de comprendre les sentiments, émotions, doutes, questions de Jake au cours de cette expérience unique en son genre. Nous vivons avec lui cette formidable et déroutante traversée du temps.

Il y a aussi un mystérieux personnage dans cette histoire, c’est Carton Jaune. Je ne vous en dis pas plus car c’est un personnage qu’on va découvrir au fil des pages et qui a un rôle lourd, très lourd, un poids énorme sur ses épaules et Jake va devoir se confronter à cet homme s’il veut comprendre l’enjeu de ce qu’il fait. Peut-on changer le passé sans conséquences ?

Stephen King nous livre ici un roman très touchant, empreint d’une certaine nostalgie, à l’émotion intense et crédible. Je ne vous en dis pas plus car c’est vraiment un livre qu’il faut découvrir. Il faut passer au dessus de certaines longueurs. Vous découvrirez le monde coloré des sixties, mais aussi la face plus sombre de cette époque. Vous n’échapperez pas à la critique de la société, de la politique. Vous rencontrerez Lee Harvey Oswald et sa famille, vous apprendrez énormément de choses sur le contexte politique de l’époque et les enjeux de l’assassinat. Tant de choses à découvrir, captivant, passionnant et finalement le pavé de 1000 pages se lit plutôt bien, porté par la célèbre plume entraînante de Mr King. Un mélange parfaitement équilibré entre la mission de Jake mais aussi entre sa mission personnelle, visant à comprendre qui il est vraiment et ce qu’il attend de la vie, jonglant avec sa double identité George/Jake…années 2010/années 60. A noter que la part historique est présente, mais sans jamais dominer. Ne vous attendez pas à un document historique, non, ce ne sera que la trame de fond de l’ensemble du roman, donnant un but à notre héros et à son voyage dans le passé. Toutefois comme je l’ai déjà indiqué, nous aurons l’occasion d’apprendre de nombreuses choses sur cet assassinat sans jamais tomber dans le roman ou document purement historique, mais à la fin du livre l’auteur ne manquera pas de vous confier ses références si vous souhaitez approfondir le sujet (une documentation d’une vingtaine d’années pour notre cher écrivain). C’est avec nostalgie que nous quittons Jake/Georges et les années 60. Bravo Mr King pour cette plongée fantastique dans l’histoire.

 

enbref

Un scénario bluffant, un voyage dans le temps qui pourrait tout changer et un héros qui voit sa vie bouleversée du jour au lendemain. Un voyage temporel pour le lecteur qui se prend d’affection pour le personnage principal et ses rencontres. Nous retenons notre souffle pour sa mission qui n’est en fait que la trame de fond de l’histoire. Un savant mélange de fantastique, un peu d’horreur, historique et romance. Captivant, envoûtant et ce, malgré les habituelles longueurs et descriptions sans fin de Stephen King.MANOTE

19/20

(honnêtement sans les longueurs, ce serait un 20/20 tant ce livre est formidable)


A noter qu’il a été annoncé cette semaine que ce roman se verrait adapter en une série de 8 épisodes. Je vous laisse lire la news mais moi j’ai hâte ! Et je trouve l’acteur principal parfaitement choisi.221163serie


 

CITATIONS

« Le passé est tenace, il ne veut pas être changé. »

« Parce que le passé ne veut pas être changé. Il se défend quand on essaie. Et plus le potentiel de changement est important, plus il se défend. »

« Ne jamais regarder en arrière. Combien de fois se donne-t-on ce genre d’injonction après avoir vécu une expérience exceptionnellement bonne (ou exceptionnellement mauvaise) ? Souvent, j’imagine. Et l’injonction reste généralement lettre morte. Les êtres humains sont ainsi faits qu’ils regardent en arrière, c’est même pour cela que nous avons cette articulation pivotante dans le cou. »

« Il y avait 2 portes et 3 écriteaux. MESSIEURS, nettement imprimés au pochoir sur une porte, DAMES sur l’autre, et le troisième était apposé sur une flèche tournée vers la pente broussailleuse derrière la station-service. L’écriteau indiquait GENS DE COULEUR.
Curieux, j’ai descendu le sentier, en prenant soin de me faufiler de biais en plusieurs endroits où les feuilles huileuses du sumac vénéneux étaient aisément reconnaissables.
Il n’y avait pas de cabinets. Au bout du sentier, je suis tombé sur un tout petit ruisseau avec une planche posée en travers sur deux blocs de béton effrités.
Une femme pouvait se retenir à un buisson (à condition que ce ne soit ni un sumac, ni un chêne vénéneux) et s’accroupir sur la berge. Quant à la planche, c’était tout ce qui était prévu pour s’asseoir en cas de grosse commission. Idem sous une pluie battante.
Si jamais je vous ai donné l’idée qu’en 1958, tout n’était qu' »Age tendre et tête de bois », rappelez-vous le sentier dans les broussailles, d’accord? Bordé de sumac vénéneux. Et de la planche en travers du ruisseau. »

« Vous voulez savoir un truc drôle ? Même les gens capables de vivre dans le passé n’ont aucune idée de ce que l’avenir leur réserve. »

«  » Jake ? Dis-moi une seule bonne chose de l’avenir. »
Bizarrement, pas grand chose ne m’est venu. Les téléphones portables ? Les attentats suicide ? non, sûrement pas. La fonte des calottes glaciaires ? Peut-être une autre fois.
Puis, dans un grand sourire : « Je vais t’en donner deux pour le prix d’une.
La guerre froide est terminée et le président est noir ». »

21 réflexions sur “[Chronique] 22/11/63 de Stephen King

  1. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous ? #19 | BettieRose books

  2. Pingback: Réflexion : vraie/fausse littérature et âge des lecteurs | BettieRose books

  3. Pingback: Top Ten Tuesday : 10 livres historiques écrits dans les années 2000 | BettieRose books

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s