[Chronique] Les Assassins de R.J.Ellory

Les Assassins - R.J.Ellory

Paru aux Editions Sonatine – 568 pages

Lu grâce à NetGalley et aux Editions Sonatine que je remercie. 

resumeSur 18.000 meurtres par an aux Etats-Unis, seulement 200 sont le fait de tueurs en série. Aussi les forces de police ne privilégient-elles que rarement la piste du serial killer. Lorsque quatre homicides sont commis en quinze jours à New York, selon des modes opératoires complètement différents, personne ne pense à faire le lien entre eux. Personne, sauf John Costello. Documentaliste au City Herald, et véritable encyclopédie vivante des serial killers, celui-ci découvre en effet qu’ils ont été commis à la date anniversaire d’un meurtre passé, oeuvre chaque fois d’un tueur en série célèbre, selon une procédure rigoureusement identique. Y aurait-il dans la ville un serial killer qui s’inspire de ses prédécesseurs pour leur rendre un funèbre hommage ?MONAVISV2

Sans John Costello personne n’aurait fait le rapprochement entre les meurtres. En effet, les 4 homicides n’ont aucun lien entre eux (pas le même mode opératoire, des victimes sans lien, des lieux différents) et surtout sont dispatchés entre différents commissariats de New York. Mais John Costello, lui même rescapé d’un tueur en série des années 80 a une mémoire incroyable et est une véritable encyclopédie des tueurs en série. Ainsi reconnaît-il chaque meurtre et affirme qu’ils sont commis à la date anniversaire des meurtres originels. Soutenue par la journaliste pour qui il enquête, John va accepter d’aider notre inspecteur Ray Irving qui a bien du mal à y voir clair dans toute cette affaire et qui manque surtout cruellement de moyens. Qui est ce tueur « commémorateur » ? Dans quel but reproduit il ces meurtres ? Comment choisit il ses victimes, les lieux et surtout, quels autres meurtres compte-t-il reproduire ?

Nous sommes au coeur d’une véritable enquête qui piétine ou aucun indice n’est accessible. L’inspecteur Ray Irving, cliché du flic solitaire qui ne vit plus que pour son métier, se fait aider de Costello dans le but de découvrir qui est ce tueur en série. Ainsi va-t-il découvrir qu’il existe des clubs pour les familles des victimes ou des rescapés de tueurs en série, mais pire encore, il y a dans notre monde des collectionneurs des effets personnels des tueurs ou des photos de scène de crimes…Nous entrons dans la noirceur de l’âme, celle des fans de tueurs en série comme dans la psychologie sombre et bien souvent inexplicable des ces assassins. Peut-on vraiment comprendre le motif des plus grands criminels ? Certains se sentent investis d’une mission, entendent des voix, prennent pour motif la purification. Mais quelle peut-être la motivation de ce nouveau serial killer qui se cache quelque part dans New York ?

L’histoire est porté principalement par Ray Irving, qui est en charge de l’enquête. C’est un mordu de travail qui ne compte pas ses heures et souhaite par dessus tout arrêter ce meurtrier qui à plusieurs reprises narguera la presse et la police et aura toujours une longueur d’avance. L’enquête stagne au fil des mois et aucun indice ne vient aider. Heureusement Ray aura tout le soutien de John, personnage très mystérieux, ayant des rituels bien précis mais surtout profondément marqué par ce qu’il a lui même vécu face à un tueur en série. Ils seront également épaulés, secoués et remis en place régulièrement par Karen Langley, la journaliste pour qui travaille John. Karen est brillante, professionnelle et a un très fort caractère. Elle est la seule « amie » de John et fera tout pour le protéger. Elle saura également apporter une touche de féminité à l’affaire. Ils devront faire face à la presse et surtout éviter que cette affaire s’ébruite et instaure la panique dans New York. Nous avons ici des personnages parfaitement construits qu’on s’imagine très bien et qu’on comprend. Leur psychologie est suffisamment présente pour comprendre leurs réactions et émotions. On s’attache très vite à ce trio qui donne toute son énergie pour arrêter ce tueur avant que le nombre de victime ne devienne trop important. Ils sont tous les trois différents en apparence mais finalement l’osmose est bonne et leur permet d’avancer. Sont-ils, au fond si différents ?

Ellory a effectué un bon travail de documentation et s’est basé sur des faits réels. Il nous peint un New York sombre, des forces de l’ordre avec peu de moyens et contrôlées plus par les enjeux politiques que par l’intérêt réel des citoyens. Le style d’écriture est direct, franc, sans détour, plutôt sombre et adapté à l’histoire et à sa trame. Ne nous laissant aucun indice, le rythme est pourtant soutenu et nous avons bien du mal à lâcher le livre avant de comprendre de quoi il en retourne. Ellory nous entraîne au cœur de l’horreur de ces meurtres et presque dans la tête des tueurs en série. Il nous fera regretter qu’on se souvienne plus facilement des tueurs que des victimes ou de leurs familles et nous montrera également la perversité que peut entraîner ce genre d’affaires…(collection de photos de scène de crime etc). Nous nous rappellerons alors avec émotion que bien de familles de victimes sont condamnées à vivre avec une seule et unique question à laquelle ils n’auront bien souvent jamais de réponse : pourquoi ?

enbref

Un thriller de haute qualité, un jeu du chat et de la souris à l’échelle New Yorkaise porté par des personnages authentiques et brillants. Un livre où aucun indice n’est laissé et qui ménage le suspens jusqu’au bout, vous plongeant dans la psychologie des tueurs en série. Un travail documenté s’appuyant sur des faits réels et une écriture qui va droit au but sans détour. Impossible de le reposer avant d’en connaître le dénouement (ce qui m’a valu une nuit très écourtée).

MANOTE

19/20

NB : ce live fut ma première fois avec un Ellory et je pense que je vais réitérer.

Léa TouchBook vous propose en ce moment même le mois R.J.Ellory, à ne pas louper. 

Ellory affiche def

Ses articles Ellory du mois :

L’interview de R.J. Ellory

Le portrait chinois de R.J. Ellory

Elle vous propose aussi un super concours et deux autres articles à venir :

Un article « Paroles aux lecteurs » 

Une interview des traducteurs d’Ellory : Fabrice Pointeau et [en attente de confirmation] Clément Baudechallenge ellory 2

Et le challenge Ellory sur Livraddict auquel je participe avec cette chronique.

Publicités

20 réflexions sur “[Chronique] Les Assassins de R.J.Ellory

  1. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous ? #11 | BettieRose books

  2. Merci c’est gentil, j’aime beaucoup les flamand rose de ton fond. Je trouve que c’est vraiment original.
    Je n’ai lu que celui là de Michel Bussi mais je pense en lire d’autres. Par contre on m’a un peu déconseillé de les lire tous les uns après les autres parce qu’ils se ressemblent un peu…

    En tout cas les assassins à l’air vraiment intéressant ! je pense que je vais le noter et si je le trouve je l’achèterais !

    Bon courage pour écrire toutes les chroniques alors 😉

    J'aime

  3. Pingback: [Bilan lecture] Mois de septembre 2015 | BettieRose books

  4. Pingback: Prix littéraire des Chroniqueurs Web : la sélection des livres | BettieRose books

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s