[Chronique] Ma raison de vivre de Rebecca Donovan

ma-raison-de-vivre-557497-250-400Paru aux Editions Pocket Jeunesse – 534 pages

resume

– Et si je ne veux pas être ami avec toi?
– Alors nous ne serons pas amis.
– Et si j’ai envie d’être plus qu’un ami?
– Alors nous ne serons rien du tout.
Emma a tout fait pour empêcher Evan d’entrer dans sa vie. Non pas parce qu’il la laisse indifférente, bien au contraire, mais parce que personne ne doit savoir. Savoir qui elle est vraiment, quelle est son histoire et, surtout, ce qui l’attend tous les soirs, quand elle rentre chez elle…

MONAVISV2

Voilà un livre qui m’a intriguée dès sa sortie mais que j’ai mis du temps à acquérir. Nous devinons très rapidement ce qui se trame dans la vie d’Emma, et c’est d’ailleurs introduit dans les premières pages. Il s’agit d’un sujet lourd, touchant et révoltant, qui ne peut nous laisser insensible ou indifférent.

Emma vit chez son oncle et sa tante depuis que son pères est décédé. Sa mère, alcoolique, n’est pas en mesure de s’en occuper. Seulement voilà, la femme de son oncle la hait et fait tout pour lui pourrir l’existence. Maltraitance quotidienne passant par les coups, les insultes, véritable harcèlement moral, la violence domestique est au cœur de l’existence d’Emma. Sa seule échappatoire ? L’école. Elle compte les jours qui la séparent de sa liberté, du moment où elle ira en fac. Brillante élève elle participe à de nombreuses activés sportives et artistiques du lycée, son seul but étant d’être le plus souvent loin de cette maison. Emma n’a qu’une amie, Sara. Tous les autres élèves sont intrigués par Emma, car elle ne parle à personne et fait tout pour se rendre la plus transparente possible. Emma refuse de partager son secret car elle souhaite plus que tout protéger ses cousins. Même Sara est loin de tout savoir. Mais un jour, Emma va se retrouver bousculée dans cette bulle de protection par l’arrivée d’Evan qui va tout faire pour apprendre à la connaitre et l’aimer.

Emma est une jeune fille touchante, attachante et tellement forte. Elle subit son quotidien et tient en pensant à l’avenir. Elle effectue toutes les tâches ménagères de la maison sans jamais se plaindre. Elle travaille dur pour obtenir les meilleurs résultats scolaires et se donne à fond dans toutes ses activités. Elle ne veut révéler son secret à personne et choisit pour cela une certaine forme de solitude. Seule son amie Sara parvient à pénétrer en partie dans son monde. Emma va se retrouver perturbée par ses sentiments par Evan : elle ne peut pas avoir de petit copain…et pourtant elle ne peut luter contre ses sentiments.

Evan est un personnage formidable, terriblement attachant. Il fait preuve d’une patience énorme envers Emma et lui laisse le temps dont elle a besoin pour prendre confiance. Il est très amoureux et fera tout pour connaître son secret et l’en sauver. Il veut l’aider à s’ouvrir et est toujours là pour elle, faisant son possible pour la sortir de son angoissante et terrible vie quotidienne.

Sara est une amie en or. Bien qu’à l’opposé d’Emma (riche, fan de garçons et de shopping) elle est toujours une oreille attentive et tente d’apaiser Emma, de l’aider à voir la lumière dans les ténèbres. Elle se révèle d’un grand soutien dans les épreuves que subit notre héroïne et tout ceci en fait une jeune fille très touchante. Elle est la seule à avoir réussi jusqu’à présent à gagner la confiance, du moins en grande partie, d’Emma. Nous pourrions lui reprocher de n’avoir jamais alerté qui que ce soit au sujet de la détresse d’Emma, mais elle ne fait que respecter son amie et ses souhaits, les comprend.

Que dire de l’oncle et la tante ? Sinon qu’ils sont méprisables ? L’oncle semble faire l’autruche et toujours se ranger du côté de sa femme, il ne cesse de demander à Emma de la préserver. La tante est juste haineuse, mauvaise, fourbe, manipulatrice, calculatrice et fait tout pour pourrir la vie d’Emma lui renvoyant insultes et coups tout en crachant sa haine dès que l’occasion se présente. Sa violence est crue et rien ne nous est épargné. Elle a en horreur la jeune fille et la considère comme une moins que rien, la réduit au rôle de bonne à tout faire dans la maison tout en lui demandant de se montrer le plus discrète possible pour ne pas l’incommoder. Elle ne supporte absolument pas la présence de la jeune fille et ce, sans réelle raison apparente.

La plume de l’auteur nous rend les personnages attachants -ou méprisables vous l’aurez compris- et nous permet de ressentir le climat de stress et de peur permanent dans lequel Emma doit évoluer. Nous ressentons ses émotions et n’avons qu’une envie, celle de l’aider et de crier à l’injustice. Nous voudrions qu’elle s’échappe avant qu’il ne soit trop tard, nous voudrions qu’elle demande de l’aide mais nous comprenons aussi très bien ce qui l’en empêche. Le petit bémol c’est que finalement le livre est bien plus axé sur le quotidien scolaire de la lycéenne et sur sa romance naissante avec Evan. Le quotidien plus sombre d’Emma nous est juste dévoilé par touches un peu trop légères, éloignant donc ces violences du sujet principal. Il aurait été bon de creuser un peu plus de ce côté là sans tomber pour autant dans un étalage de faits ou du « voyeurisme » malsain. Toutefois, Emma faisant tout pour éviter sa tante cela peut expliquer les « petites » touches et colle plutôt bien avec le fait qu’elle tait les événements et garde tout pour elle. Bien sûr, Emma ne devrait pas avoir à subir la moindre de ses violences. La fin du livre est perturbante, traumatisante et nous donne qu’une envie, lire la suite. Il est évident que l’ouvrage nous ouvre aussi les yeux sur les violences domestiques que subissent des enfants à travers le monde entier et il ne s’agit pas toujours du classique schéma du père violent. Ici, c’est la tante qui a le rôle du tortionnaire et elle s’exécute avec une cruauté glaciale et sans aucun scrupule, jouant un rôle de parfaite tante devant les autres. Le personnage est détestable et Rebecca Donovan a su nous le rendre antipathique et pathétique. Toutefois, à aucun moment nous pourrions reprocher à l’auteur de trop en faire ou de rendre son récit larmoyant. L’héroïne encaisse, ne s’apitoie pas et se résigne pour le bonheur des autres. Même si un appel à l’aide est nécessaire nous ne pouvons qu’admirer cette jeune fille aimante et déterminée qui fait tout pour se rendre invisible en attendant mieux. Nous ne pouvons que nous interroger sur l’impact d’une telle violence verbale et physique sur le développement et l’avenir, surtout à l’âge charnière et capital qu’est l’adolescence. Je terminerai par envoyer un grand merci à Rebecca Donovan pour avoir su dresser un tableau juste et percutant de ce qui peut très bien se passer derrière les murs de nos voisins sans que jamais nous ne puissions en voir le moindre signe.

enbref

Un livre touchant, une histoire de violence difficile mais avec la romance naît l’espoir. Des personnages touchants et sincères. Un climat de stress et d’oppression, une fin perturbante. Un tableau juste du quotidien secret de nombreuses personnes.

MANOTE

17/20

Fait partie de mon Booktube-a-thon du 03 au 09 août

5MJCU12s

4 réflexions sur “[Chronique] Ma raison de vivre de Rebecca Donovan

  1. glandouillee dit :

    Ton article est vraiment complet avec une belle présentation . Je ne connaissais pas ce livre mais après t’avoir lu , je vais le mettre dans ma PAL . Merci pour cette découverte qui a l’air passionnante et très émouvante .

    J'aime

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.