[Chronique] Annabel de Kathleen Winter

Résumé :
 En 1968, dans un village côtier du Labrador, un enfant mystérieux voit le jour. Ni tout à fait homme ni tout à fait femme, les deux à la fois. Il n’y a que trois personnes qui sachent le secret. Les parents de l’enfant, Jacinta et Treadway, et une voisine, Thomasina, capable de tenir sa langue.
Les parents décident pour l’enfant quel sera son sexe aux yeux de la société. Mais, à mesure qu’il grandira, son autre « nature » refusera de se taire et l’accompagnera tout au long de sa découverte du monde, aussi fidèle que son ombre.

  
Mon avis : 

Il m’a fallu plusieurs hésitations avant de faire enfin l’acquisition de ce roman. J’avais très peur du traitement et très peur de me retrouver avec un livre trop sombre ou trop psychologique. Pour mon grand soulagement ce n’est pas le traitement qu’a choisi l’auteur et elle fait encore moins dans le larmoyant même si l’émotion sera présente nous au long de l’histoire. 

Au fil des pages nous voyons Wayne grandir. Wayne est né « hermaphrodite », intersexué mais il l’ignore. Comment expliquer son côté féminin qui ressort malgré lui ? Pourquoi être différent ? Voilà la piste sur laquelle nous emmène Kathleen Winter. Il est question bien sûr de construction d’identité et d’acceptation sociale quand on est hors norme mais ce n’est pas là le seul angle du roman. Il s’agit plutôt de perception de soi, d’acceptation de soi aussi bien pour Wayne que pour ses parents. Ont ils fait le bon choix en le privant de sa féminité ? Peut il réellement se construire en tant qu’homme ? Que devient la femme enfouie tout au fond de lui ? 

La plume est belle et j’ai adoré me retrouver immergée au Labrador. A l’aide a de longues descriptions nous imaginons sans peine le lieu de vie de Wayne et pouvons presque sentir les mets locaux. Toutefois il aurait été agréable de mieux comprendre Wayne pour mieux s’y attacher. Nous savons que Wayne aime sans concession, inconditionnellement, mais aussi en silence. Wayne est passionné de ponts et obsédés par la symétrie, la géométrie. J’ai trouvé que ces sentiments les plus profonds concernant sa particularité n’étaient pas assez développés et nous que cela nous laissait un peu trop à distance du personnage qui a tendance à s’effacer et à être passif. En revanche je me suis beaucoup plus attachée à son père qui est très bien peint par l’auteur, et j’ai particulièrement apprécié le personnage de Thomasina même si elle ne fait que passer à certains moments de la vie de Wayne/Annabel. Mais, si on prend suffisamment de recul il est aisé de se rendre compte de toute la prouesse de Kathleen Winter ici : sans jamais parler des sentiments des personnages, elle parvient à faire surgir l’émotion au détour des pages et on ressort de cette lecture le cœur plein de sentiments, de questions…De plus les histoires « secondaires » telles celles de Wally, de Thomasina ou des parents de Wayne nous donnent l’impression de vivre d’autres choses et donne du rythme à notre lecture tout en nous emportant sur des paysages qui nous sont inconnus. 

Il s’agit d’une jolie leçon de vie sans côté moralisateur ni larmes, qui nous fait comprendre que ce qui nous détermine est avant tout une question sociale. Une lecture qui nous amène à réfléchir sur ce que nous sommes véritablement. Annabel est l’histoire d’un corps contrarié et c’est un livre sublime que j’ai envie de transmettre. A l’époque où la question des genre est plus que d’actualité un livre sur l’intersexualité nous donne matière à réfléchir. 

Ma note sur Livraddict : 17/20

Aux Éditions 10/18 pour le format poche 

Publicités

2 réflexions sur “[Chronique] Annabel de Kathleen Winter

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s