[Chronique] Une Place à Prendre – J.K.Rowling

Une Place à Prendre est le premier livre destiné aux adultes de la très célèbre J.K. Rowling, la maman d’Harry Potter.

CVT_Une-place-a-prendre_1670

Rangez baguettes et balais, ici point de magie, point de Choixpeau qui vous réserverait la meilleure place dans la meilleure maison de Poudlard pour faire de vous quelqu’un de bien. Ici, c’est réaliste, c’est cru, c’est noir.

Bienvenue à Pagford, petite commune tranquille avec ses jolies maisons victorienneS. A côté Yarvil où se situent tout le coeur du fonctionnement des deux communes. Entre les deux, Les Champs où vivent les plus défavorisés. Quand un notable meurt, sa place est à prendre au Conseil Paroissial.

Mon avis :

Ce n’est pas un coup de coeur mais j’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre. Certes au début il est assez difficile de s’y retrouver parmi les nombreux personnages mais l’auteure s’attache tellement à nous faire rentrer dans leurs têtes que finalement on se prend vite au jeu, on sait qui est qui, ce qu’il ressent et ce qu’il vit.

La ville de Pagford est tout à fait réaliste ainsi que ses habitants et ce qu’il s’y déroule. Elle est située en Angleterre mais au fond, elle pourrait tout aussi être française. Les habitants de Pagford détestent leurs voisins de Yarvil où se situe pourtant leurs administrations et usines…Ils ont en plus à charge les logements sociaux et souhaitent pour la plupart d’entre eux se décharger des Champs (nom donné au regroupement de logements sociaux) ainsi que du centre de désintox…

L’élément déclencheur et venant troubler le calme de la bourgade se produit dès la seconde page du livre : la mort de Barry Fairbrother, notable, membre du Conseil Paroissial, homme respectable et respecté, leader incontesté, œuvrant pour les plus défavorisés.  Sa mort est donc perçue comme le moment opportun pour faire bouger les sièges, redistribuer les rôles et prendre de nouvelles décisions…Son « fantôme » (rien de paranormal ni de magique ici) va alors semer la zizanie en laissant des messages délateurs sur le forum du site internet du Conseil Paroissial.

Les personnages sont réalises, crédibles même si l’auteure ne nous épargne rien, ne les épargne en rien: violences, viols, pensées sombres, mensonge et aucune morale sont au rendez-vous. C’est un tableau sombre mais teinté de réalisme que nous dresse l’auteure. Le lecteur est tenu en haleine tout au long du livre car il est indéniable que Rowling nous plonge, nous implique au coeur même de ce bouleversement, des élections et des enjeux. Les personnages sont tantôt attachants, tantôt insupportables, et le lecteur se prend même à espérer voir chuter certains tout en espérant voir s’élever d’autres. Finalement le lecteur vit avec les personnages, suit le court de leurs pensées les plus sombres, de leurs actions, a peur pour eux, avec eux, aurait presque parfois pitié d’eux. Toutefois, le ton  employé peut sembler un peu trop noir, un peu trop vulgaire. C’est une critique vive de notre monde actuel, sans prendre de détours. Point de magie, mais un tableau très sombre, très réaliste et on en vient à se demander, après avoir refermé le livre si une autre issue aurait réellement pu être possible…

Les mots de J.K. Rowling sont touchants, perturbants, énervants, émouvants, percutants, révoltants. Il s’agit donc pour moi d’un très bon ouvrage à lire, en dépit du ton un peu trop sombre, trop cru, d’une vulgarité un peu trop facile, presque trop « cliché ». Nous sommes donc bien loin de la saga Harry Potter et c’est tant mieux car ici, l’auteure nous prouve qu’elle peut œuvrer dans un tout autre registre que la littérature jeunesse.

Je termine avec une petite citation :

« Il fallait bosser du matin au soir quand on avait charge de famille, on n’avait pas le choix, d’accord ; mais Simon avait toujours su qu’il existait d’autres moyens, de meilleurs moyens ; que la vie de roi était à portée de main, suspendue à quelques centimètres de sa tête telle une grosse piñata qu’il aurait pu faire exploser pour en récolter la pluie de trésors – si seulement il avait eu le bras assez long, un bâton assez gros, et qu’il avait su comment s’en servir.  »

 

  • Broché: 792 pages
  • Editeur : Le Livre de Poche (2 octobre 2013)
  • Collection : Littérature & Documents
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2253176494
  • ISBN-13: 978-2253176497

Titre orginal : The Casual Vacancy

J.K.-Rowling-Book-Cover-The-Casual-Vacancy

3 réflexions sur “[Chronique] Une Place à Prendre – J.K.Rowling

  1. Pingback: Bilan de lecture Octobre 2014 | Bettie (Rose) Books

Un petit mot ? Une réaction ? Une émotion à partager ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s